Pourquoi définir un TJM ? 

En tant que freelance, tu ne perçois pas de salaire mensuel fixe. Il est donc important pour toi de définir un TJM (Taux Journalier Moyen). Celui-ci est toujours exprimé hors taxe et doit se calculer en fonction de plusieurs facteurs.

 

Comment définir ton TJM ?

  •  En fonction de tes compétences :

Ton TJM varie, comme tout salaire, en fonction de tes qualifications dans le domaine et du nombre d’années d’expérience. N’hésite pas à mentionner tes certifications et formations qui sont un gage de qualité. Tu peux aussi mettre en avant tes projets persos pouvant être une valeur ajoutée sur le poste que tu recherches.

 

  • En fonction du marché :

Comme tout, le prix de tes services est défini en partie par le marché. Tu peux commencer par regarder le TJM d’autres freelances ayant le même domaine d’expertise et niveau d’expérience que toi pour avoir une idée de combien facturer. 

 Certaines compétences sont tendances, rares et très recherchées, notamment sur certaines technos en développement. S’applique alors la loi de l’offre et la demande ! Un développeur React JS ou Ruby pourra par exemple prétendre à un TJM plus élevé qu’un développeur HTML. 

 

  • En fonction de ta réputation

Que ce soit par le bouches à oreilles ou sur les plateformes, les avis clients te permettent de gagner en crédibilité. Plus tu auras de retours positifs sur ton travail, plus tu pourras le valoriser et prétendre à un meilleur TJM.

Attention, un TJM très bas attirera beaucoup de clients mais pour des missions pas toujours intéressantes. En plus, tu risques de dénigrer ton travail et de te retrouver submergé de missions.

 

 

Ne pas oublier les frais “cachés” 

Mais ce n’est pas tout, étant ta propre entreprise, tu dois prendre en compte bien d’autres choses ! Voici d’autres éléments à prendre en compte dans ton calcul : 

  • En fonction de ton statut, il faut prendre en compte le coût des impôts que tu auras à payer sur ton CA ou tes bénéfices. 
  • Tu devras également penser aux frais de gestion que tu auras à payer, par exemple pour ton portage salarial, ta comptabilité ou encore ta banque.
  • N’oublie pas, en tant que prestataire, tu ne bénéficies pas de congés payés, ils sont donc répercutables sur ton TJM. D’autant plus qu’il faut prévenir les potentiels moments sans mission et donc, sans revenus.
  • Tes besoins en matériels et logiciels pour travailler sont aussi des éléments que tu peux imputer sur ton salaire. (Fais bien attention à ce que tu peux passer en note de frais selon ton statut juridique). Tes frais de formations, de communication et d’hébergement web sont par exemple d’autres frais auxquelles penser. 
  • Pense également aux coûts de cotisation sociales que représentent ton assurance, ta mutuelle… 

 

Voilà, tu as maintenant une idée plus claire des éléments important pour définir ton juste prix. Tu peux tester ce simulateur de TJM.

 

ça peut aussi t’intéresser :